logo
fr en

RUI, Huang

PORTRAIT-HANG-RUINé en 1952 en Chine. 

Vit à Pékin.


Peintre, photographe, plasticien, performer, mais également acteur social engagé dans son temps, Huang Rui (1952) est un artiste multiple qu’on ne cesse de retrouver au cours de la brève histoire de l’art contemporain en Chine.

En 1979, il est un des membres les plus actifs du groupe “Les Etoiles”, premier mouvement d’avant-garde qui réunit cinq peintres, sculpteurs et poètes. Ensemble, ils créent les fondements de l’art contemporain en Chine en choisissant de nouveaux sujets et de nouvelles formes d’expression et, surtout, en s’écartant publiquement du système de création institué par l’état. Les expositions “Etoiles” tournent dans plusieurs provinces de Chine pendant deux ans et la revue Today est supprimée en 1980 pour cause de non autorisation officielle.

Autodidacte, mais ayant commencé la calligraphie dès l’âge de cinq ans, Huang Rui produit à cette époque une peinture, déjà pleine de la rigueur qui caractérise tout son travail depuis, qui a beaucoup à voir avec la peinture occidentale à laquelle il n’a pourtant pas eu accès. Au cours de son premier exil au Japon (1984-1992), Huang Rui change de direction en créant de grandes toiles et des installations calligraphiques. En 1993, Huang Rui pose les marques d’une nouvelle période artistique qui dure depuis plus de dix ans maintenant, dans laquelle le texte est omni-présent. Le texte n’est pas accessoire, il est l’image, son contenu et sa forme. Phrases politiques des grands leaders du Parti Communiste, slogans qui ont rythmé des générations entières de Chinois, ils prennent chez l’artiste la forme de caractères peints sur de grandes toiles, de textes imprimés et de caractères d’imprimerie, de sculptures et d’installations, voire de performances, qui sont tous marqués par un esprit d’exécution minimaliste. Ces jeux de texte pleins d’humour révèlent l’engagement de l’artiste dans le monde grave qui l’entoure. Au retour de son second exil au Japon (1994-2001), Huang Rui s’installe à Pékin où il a initié le quartier artistique de Dashanzi, aussi connu sous le nom de 798, et le DIAF, Dashanzi International Art Festival.

Hang Rui a exposé aux Rencontres d’Arles en 2007: Hang Rui à l’Atelier de Mécanique; et pour l’exposition collective Chai-na/China. Il a fait une performance en 2007: The No book à Arles.