logo
fr en
close post
15 mai 2017

Bernard Plossu, Rencontres d’Arles 2016

WESTERN COLORS

La dernière visite officielle de Bernard Plossu à Arles remonte à 1987 lors d’une exposition collective de photographes adeptes du tirage Fresson. Western Colors est ainsi sa première exposition personnelle, à l’âge de 71 ans…

Rewind : en 1966, Bernard Plossu débarque à San Francisco. Il vient de passer un peu plus d’un an au Mexique pour un voyage initiatique qui deviendra treize ans plus tard le sujet d’un livre essentiel dans l’histoire de la photographie. Le jeune beatnik a 21 ans, des cheveux longs et une profonde envie de vivre (dans) cet Ouest américain qui le fascine.

Enfant, son père l’emmène au cinéma à Paris rêver devant Le Jugement des flèches, Veracruz ou encore Bronco Apache. Plus que les cow-boys, ce sont les Indiens qui le passionnent. À ses yeux, ils symbolisent la révolte, la liberté, l’espace, la nature… un paradis perdu qu’il n’a de cesse de retrouver à travers les voyages en voiture ou les randonnées qu’il effectue jusqu’en 1985 (date de son retour définitif en France) dans le Nevada, le Nouveau-Mexique, l’Arizona, l’Utah, la Californie. Armé d’un Nikkormat équipé d’un seul objectif 50 mm, il y réalise son propre western en couleur dont les héros ne sont ni bons ni méchants, mais des gens rencontrés, des villes et des villages traversés, des plaines sillonnées, des déserts foulés, des montagnes grimpées. C’est un long métrage, lent, très lent, où il photographie à l’instinct, où son regard d’enfant continue de s’étonner. Les plans sont fixes, doux, cadrés avec empathie et enthousiasme. Plossu est à sa place, il capture ses songes, les met en chair. Il fait partie du paysage grandiose qu’il saisit au passage pour réveiller ses souvenirs de gosse, pour se créer des souvenirs d’adultes. Il ne montre rien, il n’est pas reporter, il ne construit aucune série, ne poursuit aucun thème non plus. Il respire, il photographie, il marche, il photographie, il roule, il photographie. Western for ever!
Stéphanie Brasca


Commissaire de l’exposition : Stéphane Brasca.
Publication : Western Colors, éditions Textuel, 2016.
Tirages réalisés par l’atelier Fresson, Savigny-sur-Orge.
Encadrements réalisés par Circad, Paris.
Wallpaper réalisé par Centre Dupon Images, Paris.
Exposition présentée à la Salle Henri-Comte.