logo
fr en
close post
11 juillet 2014

Collection Claude Hudelot / Le panorama, miroir de la bureaucratie céleste

En Chine, un genre semble préfigurer la photo panoramique : c’est le portrait des empereurs, des hauts dignitaires, seuls ou en couple, puis représentés avec leur descendance. Ces « accumulations » verticales sous forme d’arbres généalogiques sont les ancêtres des panoramas.


Des photographes occidentaux utilisent d’abord ceux-ci pour faire connaître au monde des paysages tels que la baie de Hong Kong. La vogue des panoramas – lesquels peuvent être une école, une entreprise, une assemblée politique – prendra ensuite son essor. Un rite parfaitement en phase avec l’idéologie confucianiste ou communiste.

Le sommet du genre est indéniablement le panorama politique. À son arrivée au pouvoir, Mao Zedong devient le symbole absolu de la « bureaucratie céleste ». Tout ici fait sens : la position de chacun par rapport à l’épicentre qu’est toujours « le Président », les vêtements revêtus, le cadre. La précieuse icône est prise dans le plus grand hall du Palais du Peuple, à Tian An Men ou en plein-air et toujours à Pékin, marque du jacobinisme maoïste.

Sur l’un de ces panoramas rassemblant toute la clique politique à un moment crucial – nous sommes en 1966, la Révolution culturelle vient de commencer –, chacun se voit aligné comme à la parade, mains posées sur les genoux, jambes décroisées. Tous, à l’exception d’un seul : le Grand Timonier. Celui-ci semble prendre un malin plaisir à se singulariser. Le message est clair : « Moi, Président Mao, je suis au-dessus des lois ».

Bref, le panorama maoïste recèle des informations quasi inépuisables pour tout historien de la Chine contemporaine. Aujourd’hui, le genre est en voie d’extinction. Le nouveau pouvoir, incarné par Xi Jingping, ne l’utilise quasiment plus, tout en perpétuant un formalisme confondant, lequel a glissé de cette forme figée et compassée au rituel tout aussi empesé de défilés hyper hiérarchisés et probablement soigneusement répétés devant les caméras de télévision.


Claude Hudelot



Encadrements réalisés par Circad, Paris.

Manifestation organisée dans le cadre de France-Chine 50.

www.france-chine50.com



Exposition présentée au Bureau DesLices, Rencontres d’Arles 2014.