logo
fr en
close post
5 juillet 2013

Cristina De Middel, The Afronauts

En 1964, galvanisée par son indépendance tout juste acquise, la Zambie a initié un programme spatial destiné à envoyer le premier Africain sur la Lune, rejoignant les États-Unis et l’Union soviétique dans la course à l’espace. Seuls quelques rares optimistes soutenaient le projet d’Edward Makuka, l’instituteur chargé de présenter cet ambitieux programme et de récolter les fonds nécessaires. Malheureusement, l’aide financière n’est jamais arrivée, les Nations unies retirant leur soutien, et l’une des astronautes, une jeune fille de 16 ans, tomba enceinte et dû renoncer. Voilà comment ce projet héroïque est devenu un épisode exotique de l’histoire africaine, par ailleurs marquée par les guerres, la violence, les sécheresses et la famine. En tant que photojournaliste, j’ai toujours été attirée par les aspects marginaux des récits, fuyant les sempiternels marronniers racontés toujours de la même manière. Aujourd’hui, mes projets personnels respectent les fondements de la vérité tout en s’autorisant à rompre avec les règles de la véracité : l’objectif est de pousser le public à analyser la trame des histoires que nous absorbons comme étant réelles. The Afronauts repose sur la documentation d’un rêve impossible qui n’existe qu’à travers les images. Je pars d’un fait réel qui s’est passé il y a 50 ans et je réélabore les documents en les adaptant à mon imagerie personnelle.


Cristina De Middel


Exposition présentée au Cloître Saint-Trophime, Rencontres d’Arles 2013.