logo
fr en
close post
29 août 2012

Amos Gitai, Architecture de la Mémoire

Nous entrons dans une église, l’église des Prêcheurs

N’étant pas français, je pensais que c’était l’église des Pêcheurs

Tout près du Rhône

François Hébel m’a précisé

Que la structure date du 15e siècle

Aussi belle que possible

Mais ensuite elle a été désaffectée pendant la Révolution française

Donc nous sommes dans une église désaffectée

Mais les paramètres architecturaux invitent encore à respecter un cérémonial pour l’observer,

Un cérémonial pour s’y déplacer, une chorégraphie.

 

Comment un architecte, un cinéaste ou un artiste contemporain peut-il prendre en compte cette demande de cérémonial ?

Après tout, moi, Amos Gitai, fils de Munio Gitai Weinraub, un architecte moderniste du Bauhaus

Qui travailla et étudia

avec Mies van der Rohe et Hannes Mayer,

Fils d’Efratia Gitai Margalit, qui partit rencontrer Sigmund Freud.

Deux intellectuels laïques qui m’ont enseigné une attitude mesurée vis-à-vis de la religion.



Donc j’entre dans l’église

Qui n’est plus une église mais un espace d’exposition

(c’est pourquoi nous aimons les révolutions)

et je vais situer mon travail photographique et cinématographique dans cette coquille.

Avec ces murs, je voudrais que mes images se déplacent

Pour que le spectateur puisse apprécier cette procession de fragments,

Une juxtaposition de photos et d’images en mouvement issues de différentes couches de la mémoire.



La guerre du Kippour quand j’ai été touché il y a trente-neuf ans (Images de guerre) et que j’ai photographiée lorsque je me trouvais dans cet hélicoptère de sauvetage,

Une photo de Munio au Bauhaus à Dessau et une attestation d’études délivrée par Mies van der Rohe.

À la même époque une image de ma mère Efratia,

Journal de campagne que j’ai filmé dans les territoires occupés de Cisjordanie, à Gaza et pendant la première guerre du Liban.

Des photos et des fragments d’un site, d’une colline à l’est de la Méditerranée

Où je suis né,

Le Carmel.



Alors ce travail est dédié aux relations entre une structure architecturale

donnée et une architecture de la mémoire.




Montage réalisé avec l’aide de Isabelle Ingold, Ben Gitai,

Marie-José Sanselme et Laurent Truchot.



Exposition présentée à l’église des Frères-Prêcheurs, Rencontres d’Arles 2012.