logo
fr en
close post
12 juillet 2013

Hiroshi Sugimoto, Couleurs de l’ombre

Entre la fin de l’année 2009 et le début de l’année 2010, j’ai pris pour habitude de me lever chaque jour à 5 h 30. Je commençais par observer les premières lueurs de l’aurore : si une belle journée s’annonçait, je repérais l’étoile du Berger qui se trouve au-dessus et à droite de l’aube naissante. Je sortais alors mon vieil appareil photo polaroïd et je commençais à réchauffer une pellicule glacée par la longue nuit d’hiver.


Après avoir traversé l’espace vide et noir, la lumière du soleil vient heurter et subir mon prisme, se réfractant en un infini continuum de couleurs. Pour percevoir clairement chaque nuance, j’ai doté un miroir d’un mécanisme qui permet de l’incliner par micromouvements. Projetant le rayon de couleur du prisme sur le miroir, je l’ai réfléchi vers une chambre noire où je l’ai réduit aux couleurs polaroïds. En ajustant l’angle de ce long et haut miroir, j’ai pu décomposer davantage encore les couleurs prismatiques, de façon à ne réfléchir qu’une seule couleur. Ainsi du rouge, que j’ai subdivisé en une infinité de nuances rouges – chacune étant comme sublimée par l’obscurité. Les couleurs du prisme se succèdent à mesure que le soleil poursuit son ascension : en quelques minutes, le rouge devient orange, puis jaune. Mais en remontant manuellement le mécanisme pour ajuster l’angle du miroir de façon à compenser le soleil levant, je suis parvenu à conserver la même bande de couleurs dans mon champ de vision.


Je pensais que ce projet touchait à sa fin, mais l’opportunité d’acquérir les derniers stocks de films polaroïds d’une production alors arrêtée s’est présentée et je l’ai saisie. Souvent clairs en hiver, les matins tokyoïtes m’ont vu baigner dans une mer de couleurs.


Hiroshi Sugimoto

 

DE COLOURS OF SHADOW À COULEURS DE L’OMBRE

Pour le troisième volet d’Hermès Éditeur, j’ai souhaité faire appel au talent d’Hiroshi Sugimoto que j’ai rencontré lors d’un voyage en Asie, il y a quelques années. Sa démarche artistique qui ne cesse d’explorer les ressources des savoir-faire séculaires de l’artisanat pour établir un dialogue inventif entre l’histoire, une tradition, une pratique et une expression contemporaine, fait pleinement écho à la philosophie de la maison Hermès. Cette évidence m’a conforté dans le désir de solliciter l’acuité et la fulgurance de son regard.

Je garde une vision nette et précise du jour où, lors de ma visite dans son atelier de Tokyo, Hiroshi Sugimoto me dévoila son projet, Colours of Shadow. Au centre d’une grande pièce, en pleine lumière, se dressait du sol au plafond, telle une colonne, un prisme de verre optique d’une grande densité et d’une clarté absolue. Pendant plusieurs mois, Hiroshi Sugimoto a photographié méthodiquement, au moyen d’un appareil polaroïd, les variations subtiles de ces dégradés, chaque fois différents. Une épiphanie chromatique que l’artiste me proposa de fixer sur notre carré de soie.

La place accordée à la couleur et à l’abstraction, notions qui me sont particulièrement chères, inscrivait ce projet en parfaite cohérence avec les deux précédentes éditions : Hommage au carréde Josef Albers (2008) et Photos-souvenirs au carré de Daniel Buren (2010).

La maison Hermès, dans le cadre ces projets Hermès Éditeur, a pour vocation de repousser constamment et toujours plus loin les limites de ses savoir-faire traditionnels. Nous avons alors sélectionné ensemble 20 polaroïds à retranscrire sur soie : 20 carrés édités en 7 exemplaires, soit 140 carrés de 140 cm x 140 cm.

Ainsi naquit Couleurs de l’ombre.

Pierre-Alexis Dumas, Directeur artistique, Hermès


Exposition présentée à l’église Saint-Blaise, Rencontres d’Arles 2013.