logo
fr en
close post
3 juillet 2013

Hiroshi Sugimoto, Revolution

Longtemps, j’ai aimé grimper sur des falaises et observer l’horizon, là où la mer rencontre le ciel. Un jour, alors que je me trouvais seul au sommet d’une île isolée dans des mers lointaines, l’horizon englobait tout mon champ de vision et j’ai eu un court instant l’impression de flotter au-dessus d’un vide incommensurable. C’est à ce moment-là seulement, lorsque j’ai vu l’horizon m’encercler, que j’ai véritablement ressenti que la terre était un globe saturé d’eau.

Dans mes rêves d’enfant, je flottais souvent dans les airs. Parfois, je quittais mon corps pour l’observer pendant mon sommeil, depuis un point en hauteur près du plafond. Comme une projection astrale, peut-être, un moi éveillé coexistait simultanément avec un moi endormi. Même adulte, je m’imagine souvent lévitant dans les airs. Faut-il voir là la source de mon inspiration artistique ?


De toute évidence, les vues et les lois scientifiques auxquelles nous croyons aujourd’hui finiront par vaciller pour être remplacées quand leur heure sera venue. Dans plusieurs siècles, les gens nous considéreront comme des obscurantistes, exactement comme ceux qui vivaient à l’époque du géocentrisme – si l’humanité survit jusque là, cela va de soi. Il demeure néanmoins une fracture majeure entre notre compréhension du monde et notre capacité à expliquer ce que nous sommes en notre for intérieur. De plus, ce que nous pouvons expliquer du monde est bien plus limité que ce que ne nous ne parvenons pas à expliquer.


À la fin du printemps 1982, je me trouvais sur un promontoire en Terre-Neuve à admirer un superbe coucher de soleil qui coïncidait avec l’ascension de la pleine Lune dans le ciel oriental. Pour la première fois depuis des années, je me sentais dépassé par une expérience extrasensorielle. J’étais à des lieues de la surface de la terre, et j’observais la Lune suspendue au-dessus de la mer, tandis qu’un autre moi – un point minuscule – demeurait envoûté sur place.

 
Hiroshi Sugimoto

Exposition présentée à l’espace Van Gogh, Rencontres d’Arles 2013.