logo
fr en
close post
23 août 2012

Joséphine Michel, Halfway to White*

Halfway to White n’est pas la quête d’un blanc virginal mais l’exploration empirique et tonale d’une multitude de blancs. Le blanc est un sujet énigmatique : de la même manière qu’il contient toutes les couleurs, il peut revêtir toutes les significations. C’est précisément à travers cette complexité que ce projet espère suggérer l’ambivalence, l’épaisseur et la spectralité que le blanc peut contenir ou impulser, plus spécifiquement à travers les interférences, les micro textures et la perte de coordonnées.

Les traditions occidentales ont généralement approché le blanc comme le symbole d’une pureté immaculée, d’une qualité transcendante, ou d’un vide inactif. Contredisant l’idée reçue de la blancheur comme une plate surface d’inscription, les sciences physiques soulignent la complexité et la nature composite du blanc. La lumière blanche, comme condition d’illumination, composée d’une distribution régulière de toutes les fréquences dans le spectre du visible, est une éblouissante expérience visuelle.

Innervées par les expérimentations musicales du compositeur Salvatore Sciarrino dans Esplorazione del Bianco, tissées de micro-turbulences dans lesquelles sont révélées une multitude de variations d’épaisseur et de matière du blanc, les photographies qui forment Halfway To White sont composées de blancs empiriques, trouvés dans un entourage immédiat, et de surexpositions, blanchiments délibérés de l’image. Le blanc est la matrice d’une investigation sur la variabilité de la présence, ayant la faculté d’être à la fois un blanc de dissolution et un blanc d’émergence. Le blanc peut être potentiel, germination ; il est aussi apte à être aveuglant comme une alerte, donnant relief à des états de perceptions altérées. Invisibilité et visibilité du blanc : il peut saturer comme dissoudre. Le blanc a cette qualité d’être essentiellement irrésolu.

 

* Halfway to White : à mi-chemin du blanc

 

Exposition présentée à la Grande Halle, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2012.