logo
fr en
close post
4 juillet 2014

Léon Gimpel, La guerre des gosses

Paris, août 1915: les hommes sont à la guerre et les femmes travaillent… Loin de leurs parents, les enfants de la rue Greneta jouent le conflit. Muni de son seul appareil de prise de vue et de quelques dessins de Poulbot en tête, Léon Gimpel croise cette armée de gosses. De cette rencontre au coeur du quartier du Sentier naît une série de tableaux photographiques composés, enregistrés alternativement en couleur (autochrome) et en noir et blanc. Au fil des jours, Léon Gimpel et son armée de gosses élaborent ce que l’on pourrait qualifier de «petite typologie des images de la Grande Guerre». Presque toutes les scènes archétypales sont représentées. Gimpel et l’armée de la rue Greneta ne miment pas la mort mais l’héroïsme, le courage et la victoire des enfants de la patrie. Mais avant tout, Gimpel et ses «petits poilus» du coeur de Paris s’amusent à faire des photographies et à se faire photographier. Jugée trop peu sérieuse par l’hebdomadaire L’Illustration, l’armée de la rue Greneta est mise à l’honneur par la Société Lumière qui en présente, à l’automne 1915, des agrandissements en vitrine de sa boutique de la rue de Rivoli.

Luce Lebart



Commissaire de l’exposition : Luce Lebart, directrice des collections de la SFP.

Exposition réalisée en partenariat avec la Société française de photographie.



Exposition présentée à l’église des Frères-Prêcheurs, Rencontres d’Arles 2014.