logo
fr en
close post
15 juillet 2014

Les hommes et les femmes de Lucien Clergue

À 80 ans, Lucien Clergue déborde d’énergie. Pour cet anniversaire, nous avons voulu mettre un peu d’ordre, ramener la lecture de sa photographie à l’essentiel et faire le tri dans les histoires qu’il raconte avec faconde pour les accompagner. Ses nus qui font sa célébrité côtoient des scènes fragiles où il projette ses propres meurtrissures à travers des scénettes d’enfants dans les ruines, des cadavres d’animaux, des dessins abstraits et éphémères sur le sable. La violence comme la passion sont bien réelles dans ses photos de corridas ou les juxtapositions qu’il réalise dans les musées. Sa pratique de la photographie, intuitive au début, est justifiée, alors qu’il a à peine vingt ans, par les paroles et les mises en perspectives des maîtres que Lucien se choisit: Picasso, Cocteau, Saint John Perse Ils lui apportent caution, contacts, et assurance. Cette audace qui lui permet de les rencontrer est celle qui l’aide sans cesse à se propulser, mais aussi à créer un rendez vous sans pareil: les Rencontres internationales de la photographie. Premier festival au monde consacré à la photo, parenthèse annuelle généreuse, créée à une époque où l’échange comme la créativité se débrident. Les femmes sont présentes dans toute l’oeuvre de Lucien, de la souffrance et des encouragements de sa mère aux modèles qu’il aime nommer comme des partenaires de talent, au soutien constant de sa femme Yolande, à ses deux filles qui elles aussi ont posé pour lui, comme l’ont fait, à une certaine époque, plusieurs collaboratrices des Rencontres de la photographie C’est à travers ces hommes et ces femmes qui ont été des rencontres déterminantes de son parcours que nous avons voulu que Lucien Clergue se raconte dans une exposition mise en scène de façon radicale, où son récit accompagne une sélection stricte de son oeuvre.

François Hébel



Encadrements réalisés par Circad, Paris


Exposition présentée à l’Atelier de Chaudronnerie, Rencontres d’Arles 2014.