logo
fr en
close post
2 août 2017

Marie Angeletti, Prix Découverte, Rencontres d’Arles 2016

ARTISTE PRÉSENTÉE PAR STÉPHANIE MOISDON


La photographie est pour Marie Angeletti un support narratif éclaté, une surface de projection qui lui permet de retranscrire des expériences, des mises en scène, des situations existantes, tout ce qui se trouve au-delà et à l’arrièreplan de l’image elle-même, incluant le spectateur dans un dispositif ouvert à d’autres récits possibles. Son projet s’élabore au fur et à mesure de diff érentes rencontres et commandes, points de départ d’une histoire à plusieurs embranchements qui ne se laisse pas immédiatement saisir.
Stéphanie Moisdon


Marie Angeletti se sert de la photographie pour retranscrire des expériences, des systèmes existants ou ce qu’il y a autour de l’image elle-même. L’arrière-plan narratif suggère plus qu’il n’explicite, laissant les images agir comme des surfaces de projection. La plupart du temps, rencontres et commandes constituent le point de départ de son travail. La coopération initiée en 2012 avec le fabricant de couleurs Pébéo, les images de la Cranford Collection, le Kim’s Karaoke de Berlin, ou encore la soirée au lycée agricole de Moulins sont des situations au même titre que des expositions. Elles donnent à réfléchir sur les notions fragiles de l’espace stabilisé de l’exposition. Angeletti utilise la photographie avec la souplesse qui caractérise la circulation numérique des images, et une fluidité qui résulte aussi de modes d’existence. Ces images se situent au croisement de deux trajectoires. L’une, analytique et esthétique, explore la manière dont l’art circule et se consomme sous toutes ses formes, des plus institutionnalisées aux plus sauvages. L’autre, plus existentielle, rend compte d’une déambulation quotidienne qui cherche le point de rencontre de l’individuel et du collectif.


Tirages et encadrements réalisés par Central DUPON Images, Paris.
Exposition présentée à la Grande Halle.