logo
fr en
close post
23 juillet 2015

Natasha Caruana, Rencontres d’Arles 2015

COUP DE FOUDRE

 

La pratique artistique de Natasha Caruana relève à la fois de l’ethnographie et de la performance. La photographie est pour elle un mode d’écriture au service des sujets qu’elle souhaite étudier. Nourris de ses expériences personnelles, ses récits photographiques, Married Man, Fairytale for Sale, The Other Women, The Detective ou Love Bomb, racontent des histoires d’amour, de trahison et de fantasmes.

Lauréate 2014 de la résidence BMW au musée Nicéphore Niépce, Natasha Caruana part à la recherche de la vérité sur le coup de foudre, en anglais « love at first sight » : l’amour au premier regard. Mariée quelques jours seulement avant le début de la résidence, elle s’inspire de sa propre vie et puise dans les mythes populaires et les enquêtes menées par des neuroscientifiques, des biologistes ou des anthropologues. Elle tente d’approcher, grâce à la photographie, la vérité sur ce phénomène à jamais inexplicable.

« L’image photographique construit son discours sur des prélèvements de réalité, ces instants que l’on persiste à croire incontestables. On peut être alors sceptique sur le propos si l’on considère le “coup de foudre”, cet acte violent, mais toujours muet, comme rétif à la photographie. La passion, et ce moment en particulier, est par nature inaccessible à l’appareil. Elle s’accorde mieux avec les mots et, naturellement, avec la littérature. Sachant cela, Natasha Caruana organise la relation singulière en dramaturge, élaborant un récit en trois actes : une reconstitution avec un appel à témoins, un commentaire sur la méthode scientifique et une plongée dans l’histoire des passions amoureuses. »

François Cheval, conservateur du musée Nicéphore Niépce

 

Commissaire de l’exposition : François Cheval.

Exposition produite par BMW avec le soutien du musée Nicéphore Niépce.
Publication : Coup de foudre, éditions Trocadéro, 2015.
Tirages réalisés par le laboratoire du musée Nicéphore Niépce.
Contrecollage réalisé par ooblik.

Encadrements réalisés par Le temps apprivoisé.

Exposition présentée salle Henri-Comte.