logo
fr en
close post
3 juillet 2014

Patrick Willocq, I Am Walé Respect Me*

Les derniers projets de Patrick Willocq, menés en collaboration avec des communautés locales du Congo, explorent des récits non occidentaux. Après avoir passé une partie de son adolescence dans ce pays, Willocq est retourné au Congo afin de documenter la culture et les coutumes autochtones à travers des images performatives composées avec le plus grand soin. Dans I Am Walé Respect Me, les sujets féminins mettent en scène leur retour dans la société à travers le récit lyrique de leur isolement.

Azu Nwagbogu




I AM WALÉ RESPECT ME*

Avec ce travail, je me suis plongé dans un rituel initiatique et j’ai essayé de produire un travail photographique à la fois documentaire et artistique témoignant au plus près de l’expérience des Pygmées Ekonda du Congo. Pour les Ekonda, le moment le plus important de la vie d’une femme est la naissance de son premier enfant. La jeune mère, appelée Walé, retourne chez ses parents pour y rester recluse de deux à cinq ans. En respectant divers tabous, notamment sexuels, elle acquiert un statut similaire à celui d’un patriarche. La fin de son isolement est marquée par des danses et des chants rituels qui possèdent une structure extrêmement codifiée et sont, à chaque fois, une création unique propre à chaque Walé. Dans cette série, j’ai proposé à des Walé que je connaissais depuis plus d’un an de participer à des mises en scènes capables de témoigner d’une partie de leur histoire personnelle.

Patrick Willocq


*Je suis Walé respecte-moi




Artiste présenté par Azu Nwagbogu pour le Prix Découverte des Rencontres d’Arles. 

Exposition présentée à l’Atelier de Chaudronnerie, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2014.