logo
fr en
close post
23 juillet 2015

Vincent Ferrané, Rencontres d’Arles 2015

BIENVENUE

Une femme en chemise bleue, au visage doux et cheveux châtains se déplace dans la ville d’Angers, son centre et sa périphérie. elle traverse ces territoires, peut‐être erre‐t‐elle un peu, du moins se promène‐t‐elle, devenue la narratrice solitaire d’un voyage énigmatique et silencieux. L’action se déroulera en une seule journée ensoleillée, mais dans de multiples lieux traversés : zones urbaines ou péri‐urbaines ; jardins, pont, ou routes ; jusqu’aux parkings immenses d’un centre commercial, ses boutiques, supermarchés, escalators et cafétérias. un regard est en marche et nous montre le chemin : dès lors, les images ont une double nature, à la fois portrait d’une jeune femme déambulant dans une ville et révélation d’une subjectivité, d’une perception du monde. Il s’agit d’un film aux images suspendues puisque Vincent Ferrané a construit l’ensemble photographique à partir de photogrammes qui sont autant de prélèvements à un ordre séquentiel et fluide. Ces images se chargent ainsi d’un potentiel fictionnel qui tient à leur durée latente et à l’appel à l’imaginaire qu’elles suscitent, ce qui apparaît tout autant dans de courtes séquences vidéo également présentées, tels des blocs de temps en mouvement.

Au fond, qui est cette femme ? Un prénom : Armelle. Cela est à peine suggéré. Poursuit‐elle un but ? Attend‐elle l’avènement d’un miracle ou plutôt une rencontre bouleversante qui changerait le cours des choses ? Quelques signes nous sont donnés, à décrypter comme les indices d’un scénario parcellaire. Les influences de Vincent Ferrané pour ce projet sont à chercher du côté d’une réflexion poétique et philosophique sur les espaces habités et façonnés pour accueillir des gestes et des fonctions bien précises, les mythologies de notre « surmodernité » ou l’anthropologie des villes nouvelles. Tout cela questionnant nos utopies, puis nos désillusions. reste alors, comme le personnage, à inventer des chemins de traverse.

Léa Bismuth

 

Commissaire de l’exposition : Fannie Escoulen.
Le travail photographique de Vincent Ferrané a été effectué en collaboration avec Armelle Roncin.

Scénographie : Whitepapierstudio, Cyril Delhomme.

Ce projet a été élaboré par le « Fonds de Dotation Casino Immobilier & Développement pour le partage d’initiatives culturelles » qui a notamment bénéficié du soutien de deux principaux partenaires et mécènes, les sociétés Mercialys et l’Immobilière Groupe Casino. Il a été réalisé dans le cœur historique de la ville d’Angers (Maine-et-Loire) et dans le centre commercial Espace Anjou.
Cette exposition a été rendue possible grâce au soutien des centres commerciaux : La Galerie – Géant Arles ; La Galerie – Géant Istres ; La Galerie Cap Costières à Nîmes ; La Galerie Jas de bouffan à Aix-en-Provence.
Exposition présentée à la commanderie Sainte-Luce.