logo
fr en
close post
23 juillet 2015

Walker Evans, Rencontres d’Arles 2015

ANONYMOUS

 

Walker Evans (1903‐1975) reste l’un des photographes les plus importants et les plus influents de l’histoire de la photographie. Sa carrière couvre une période qui va de l’émergence de ce média de masse dans les années 1920 jusqu’à la reconnaissance de la photographie comme forme artistique à part entière dans les années 1960 et 1970. De nombreux clichés d’Evans sont devenus des points de repère tant dans l’histoire de la photographie que dans l’histoire sociale de l’époque. Sans Evans, la photographie aurait sans aucun doute connu un développement très différent, particulièrement en Amérique du Nord.

Cette exposition innovante porte un regard nouveau sur l’œuvre d’Evans en mettant l’accent sur son travail imprimé, en particulier celui réalisé pour des magazines américains. Evans commença à publier en 1929 et fut très vite en mesure de choisir ses sujets, de définir les textes accompagnant ses photographies ainsi que la mise en page de ces dernières. Il travailla en couleur et en noir et blanc. Pendant presque quatre décennies, il utilisa les magazines populaires pour produire un commentaire critique sur la société américaine et ses valeurs. Là où les médias de masse vantaient la culture de la célébrité, Evans photographiait des citoyens anonymes. Là où ils célébraient le consumérisme, Evans valorisait les objets durables et la persistance du passé dans le présent. Il s’intéressa également aux décharges de voitures, aux graffitis, aux vitrines des boutiques ou encore aux cartes postales. Expérimentaux et pourtant toujours classiques, les essais photographiques d’evans ont été négligés jusqu’à une date récente.

Walker Evans, Anonymous présente des pages des magazines originaux accompagnées des tirages d’époque et de divers matériaux relatifs à ces publications, afin de mettre en valeur le rôle pionnier que joua Evans dans la photographie moderne mais aussi dans l’édition, l’écriture et la mise en page. L’exposition inclut par ailleurs un ensemble unique de photographies de la série Labor Anonymous ainsi que celles du métro new‐ yorkais. D’autres images montrent la manière dont il sut capturer les illustrations populaires et l’architecture vernaculaire, autant de manières pour evans de célébrer la vie quotidienne.

 

 

Commissaires de l’exposition : David Campany, Jean-Paul Deridder et Sam Stourdzé.
Exposition coproduite par la fondation A Stichting, Bruxelles, et les Rencontres d’Arles.

Publication : David Campany, Walker Evans, The Magazine Work, Steidl, 2014.
Papier peint réalisé par processus, paris.

Encadrements réalisés par Circad, Paris.

Exposition présentée au musée départemental Arles antique.