logo
fr en
close post
28 juin 2013

Yasmine Eid-Sabbagh & Rozenn Quéré, Vies possibles et imaginaires

C’est l’histoire de quatre femmes fortes et truculentes, exilées aux quatre coins du monde, quatre soeurs Palestino-libanaises qui ont traversé l’histoire du XXe siècle. C’est une histoire entre documentaire et fiction, entre biographie et théâtre, qui s’appuie sur des photographies de famille et des entretiens sonores, sur le récit d’événements vécus et fantasmés.

C’est une réflexion sur une manière de récolter, de fouiner, d’écouter, de faire émerger des histoires et des mots, et de les recréer au présent, de la façon la plus vivante possible, en mêlant la subjectivité de ces femmes à la nôtre. Ce que nous proposons là, c’est une relecture de la réalité teintée de tendresse et d’humour, qui s’inscrit dans un parti pris de proximité ; une enquête au coeur de laquelle nous plaçons l’imagination des unes et des autres.

Jocelyne, l’aînée des soeurs, vivait au Caire ; Frieda, la benjamine, s’est exilée à Paris ; Stella a quitté le Liban en guerre pour New York ; Graziella, sa jumelle, est la seule à être restée à Beyrouth.

Loin du portrait objectif ou historique de Graziella et ses soeurs, nous nous sommes attachées, avec Vies possibles et imaginaires, à traduire l’extravagance et l’imagination de ces femmes, à donner à leurs affabulations le même statut qu’au réel. En d’autres termes, à travers l’articulation du texte et de la photographie d’archive, nous n’avons pas cherché à écrire leur histoire : nous avons voulu écrire leur mythe.



Yasmine Eid-Sabbagh et Rozenn Quéré

 


Projet initial produit dans le cadre du Festival Images (Vevey), 2012.

Tirages réalisés par PCP Photographie, Paris.

Vies possibles et imaginaires est publié aux Éditions Photosynthèses, Arles, 2012.



Artistes nominées par Zeina Arida pour le Prix Découverte.

Exposition présentée à l’Atelier de Mécanique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2013.