logo
fr en
close post
22 juillet 2002

Alastair Thain, Rêve

Depuis une quinzaine d’années, j’élabore des appareils photos de format « supergrand » en vue d’un mode de travail permettant de conjurer la spontanéité et les images hyperréalistes fournies par les négatifs de grandes dimensions. Sur une distance donnée, ce système offre une résolution plus fine que celle de l’œil, ce qui n’exclut en rien la souplesse et la sensibilité. 


Jean Baudrillard, Amérique:

L’Amérique n’est ni un rêve, ni une réalité, c’est une hyper-réalité. C’est une hyperréalité parce que c’est une utopie qui dés le début s’est vécue comme réalisée. Tout ici est réel, et tout vous laisse rêver. 




Je vois les Etats-Unis comme un continent aussi incompréhensible qu’hétéroclite. Mes traversées du pays constituent une quête acharnée de réponses aux questions qui me travaillent depuis ma première traversée de l’Atlantique.

Qu’est ce qui rend le mode de vie américain tellement unique qu’il est devenu un modèle culturel pour tant d’autres sociétés ?

Les Etats-Unis semblent dotés d’une capacité illimitée à produire de nouveaux types de satisfactions (Internet, la télé câblée, l’évangélisme télévisé) susceptibles de se substituer aux jouissances humaines traditionnelles (familles unies, relations interpersonnelles épanouissantes, quête spirituelle). S’agirait-il là d’une conséquence inévitable de la poursuite du bonheur au sein d’une société matérialiste et capitaliste ?

Le rêve américain serait-il devenu le moteur d’un intérêt personnel darwinien dont le concept de base – le travail et le perfectionnement de soi comme garants du bonheur et de la prospérité – a tout simplement engendré l’égoïsme au détriment de la solidarité ?

Pourquoi la pauvreté ou l’échec économique sont-ils perçus aux Etats-Unis comme des tares non pas de la société mais de l’individu ?



Une société hypercapitaliste, dont le moteur principal est l’intérêt des grandes compagnies, est-elle de manière concomitante une source d’aliénation de l’individu ?


Existe-t-il dans la culture américaine une hostilité sous-jacente à la création de liens interpersonnels intimes ?



Jean Baudrillard, Amérique:

Cet univers complètement pourri de richesse, de puissance, de sénilité, d’indifférence, de puritanisme et d’hygiène mentale, de misère et de gaspillage, de vanité technologique et de violence inutile, je ne peux m’empêche de lui trouver un air de matin du monde. C’est peut-être que le monde entier continue de rêver de lui alors même qu’il le domine et l’exploite.



Alastair Thain

Commissaire de l’exposition: John Easterby, Independant Photographers Group.


Exposition présentée au Magasin d’Entretien, Rencontres d’Arles 2002.