logo
fr en
close post
17 août 2008

Alfons Alt / Bartabas

L’ACADÉMIE DU SPECTACLE ÉQUESTRE DE VERSAILLES. LA VOIE DE L’ÉCUYER.

Voici tout juste cinq ans que les hennissements et les fers des chevaux ont regagné l’aile nord de la Grande Écurie du château de Versailles désertée depuis plus d’un demi-siècle. Fondée en février 2003 par Bartabas, l’Académie du spectacle équestre est une institution hors pair. Une compagnie école d’un genre inédit, un établissement supérieur du troisième millénaire. À la fois lieu de création, tourné vers le public, et de transmission, dédiée aux artistes écuyers.

Après une réhabilitation éclair, simple et superbe, des box et du manège, signée Patrick Bouchain, cette Académie nouvelle s’inspire de l’expérience du Théâtre équestre Zingaro bien sûr, mais aussi des différentes disciplines enseignées à l’École des Pages, au temps du Roi-Soleil. De la haute école au tir à l’arc japonais à cheval, l’Académie du spectacle équestre éveille un véritable état d’être plus qu’un état d’esprit. Ici les élèves ne se contentent pas d’apprendre, mais vivent pleinement leur art – tel Yehudi Menuhin qui, répondant à la question d’un journaliste étonné qu’un virtuose ait à travailler son violon tous les jours, confiait : « Parce que cela doit être aussi naturel que pour un oiseau de voler. Est-ce que vous avez déjà vu un oiseau qui se lève le matin et qui se dit : Oh, aujourd’hui je suis un peu fatigué, je ne vais pas voler !? » Si Bartabas aime à citer cette réplique, c’est parce que l’art équestre, à ses côtés, engage tout autant. Et qu’il importe, en cette Grande Écurie royale réinventée, d’habiter cavalièrement le monde.

Les photographies inédites révèlent la vie de cette dizaine d’artistes écuyers ayant la responsabilité de 45 chevaux et la volonté d’apprendre bien plus que l’art de monter à cheval.



Exposition présentée au Magasin Électrique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2008.