logo
fr en
close post
23 août 2005

Arthur Omar, Anthropologie des visages glorieux

L’œuvre d’Arthur Omar, réalisant un parcours qui va du cinéma aux arts plastiques, configurée par des courts-métrages expérimentaux, des vidéos, des photographies, des installations, de la musique, de l’art virtuel, constitue un important point de convergence et de passage entre divers moyens et supports d’expression. Arthur Omar est un artiste polymorphe.

Il photographie en noir et blanc depuis de nombreuses années les visages du carnaval de Rio. Plans serrés, pris sur le vif, exaltant l’état de transe des danseurs. L’ensemble de ses photographies crée une forte impression de bruit par l’intensité de ces visages isolés de leur contexte festif.

Depuis toujours le visage humain est au centre des arts visuels. Et si la peinture l’a récemment quelque peu oubliée, la photographie est vite venue prendre sa place et en restaurer l’importance.

« Arthur Omar concentre toute son attention sur cet objet majeur. C’est à sa surface qu’il traque les émotions de ses sujets, la vie et la mort dans leurs regards, les ridicules et la douleur, dans leurs yeux et dans les nôtres. Ce qu’autorise la photographie, la vérité des instants en même temps que la multiplicité presque infinie des modèles, a permis à Arthur Omar d’ouvrir la voie vers une saisie ‘‘anthropologique’’ du visage. Si le portrait peint était un portrait ‘‘bourgeois’’, ses photographies réussissent ce prodige de plonger leur inquisition dans l’intimité même de chaque singularité tout en projetant ce secret, toujours involontairement abandonné, sur l’écran d’un regard que j’appellerais “démocratique”. C’est le regard universel du ‘‘peuple’’ humain qui brille en chacun de ces visages, car, tous tant que nous sommes, nous appartenons tous à ce peuple immense des souffrances humaines ».

Jacques Leenhardt


Exposition réalisée avec le soutien de l’Association Française d’Action Artistique et du Laboratoire Dupon.


Exposition présentée à l’Atelier des Forges, Rencontres d’Arles 2005.