logo
fr en
close post
19 août 2009

Don McNeil Healy, Prix Découverte des Rencontres d’Arles 2009

Présenté par Arnaud Claass. Photographe, professeur à l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles depuis sa création en 1983.


MARKO POLO (2008). En 2004, la Pologne devient membre de l’Union Européenne, donnant ainsi aux Polonais le droit de quitter le pays, pour chercher un travail mieux rémunéré et recommencer de zéro. Près de 200 000 d’entre eux se sont rendus en Irlande, influençant cette société de plus en plus multiculturelle, avec des journaux et des commerces polonais. Le ralentissement économique en 2008 en Irlande et dans le monde, voit nombre de Polonais sans emploi retourner dans leur pays encore en développement. Mais beaucoup d’autres restent en Irlande dans l’espoir de trouver un travail et une vie meilleure, même si certains sont à la rue. Marko, 35 ans, est un de ces sans-abri vivant à Dublin. Originaire de Gdansk, il est divorcé et a deux enfants. Il est arrivé à Dublin en 2006 et a trouvé du travail sur un chantier. Après avoir perdu son emploi en 2007, il est resté en Irlande à chercher du travail malgré sa situation précaire. En 2007, Marko a commencé à squatter une usine désaffectée à Dublin avec d’autres sans-abri polonais, et y reste plus d’un an. Il n’y a pas d’électricité et les seules sources d’eau sont les toilettes et la pluie. En vivant dans ce domicile temporaire, Marko cherche du travail. Malheureusement, à cause de son problème d’alcoolisme et de son incapacité à prendre sa situation au sérieux, il n’a pas trouvé d’emploi, et passe la plupart de ses journées à boire avec d’autres Polonais, dans les rues ou dans le squat. En octobre 2008, le squat est fermé et Marko vit depuis chez des amis, sous les escaliers d’un immeuble de bureaux ou dans un parking. En mars 2009, Marko a rejoint une nouvelle église chrétienne à Dublin qui propose un programme de désintoxication. Il espère entreprendre un programme sur seize mois pour remettre de l’ordre dans sa vie.

96 PIGEON HOUSE ROAD(2005-2007). Les Travellers sont une minorité ethnique originaire de l’Irlande, nomade et possédant des traditions culturelles qui leur sont propres. Ils se déplacent en caravane, s’arrêtant sur des aires officielles ou non, y compris sur le bord de la route.

Les Travellers se marient jeunes, souvent à 16 ans (la majorité matrimoniale en Irlande), ont beaucoup d’enfants et des liens familiaux très forts. Les Travellers sont souvent victimes de discrimination liée à leur mode de vie nomade, d’un manque de respect vis-à-vis de leur culture de la part de la société et, dans certains cas, pour leurs activités illégales. Mais le plus souvent, c’est de l’ignorance générale dont souffrent les Travellers.

À partir de décembre 2005, j’ai passé un an et demi à photographier la vie des Maughan, une famille qui réside dans une zone industrielle le long de Pigeon House Road à Dublin. Cette famille vit dans une situation difficile. Rosie est divorcée avec 13 enfants et s’occupe des deux filles qui vivent encore avec elle, ainsi que de nombreux petits enfants qui lui sont souvent confiés. L’alcoolisme de Rosie, la réticence des filles à aller à l’école et le tas de détritus qui grossit à côté de leur caravane rendent la vie pénible. Cependant, l’humanité présente chez Rosie et sa famille ainsi que leur force d’esprit leur permettent de surmonter le chaos qu’elles vivent.

Don McNeill Healy


Exposition présentée à la Grande Halle, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2009.