logo
fr en
close post
25 août 2007

Eric Mutel, Prix Découverte des Rencontres d’Arles 2007

J’ai voulu réunir dans un même environnement une proposition sous deux formes différentes : une installation vidéo, basée exclusivement sur un travail photographique, et parallèlement un autre espace d’exposition pour des tirages.

Les images présentées sont des déclinaisons, variations et développements de l’installation vidéo In Cryo Video. Sources et étapes de recherche ayant servi aux processus de réalisation de l’installation vidéo, elles en sont aussi un prolongement, un temps arrêté, sorte d’effet secondaire.

Ce travail joue d’obsessions, de complexité, d’improbabilité, d’expérimentations, de processus, de contradictions, de matières, de supports. Empirique, il invite l’erreur, l’accident, la fragilité, l’organique, le minéral, la lumière. Ces approches touchent à l’image, à la représentation, au sensible, au corps. Ce projet porte aussi, à mon sens, des questions scientifiques, biologiques, géologiques, environnementales, humaines, tem­po­relles, iconiques.

Mes travaux ont comme sources et perspectives des notions de limites, d’espaces, de cycles, de conservations, de collections, de pertes, de destructions, de vie et mort En dehors de tout sujet déterminé, mes travaux, tout en exagérant ou utilisant la fixité, me conduisent paradoxalement vers une recherche, une approche ou idée de mouvement absolu s’il en est.

L’installation vidéo In Cryo Video se base sur des instants et matières photographiques – mémoires fixées, figées, conservées – dans une tentative de mise en mouvements, en relief ou volumes, en devenir. Cette proposition d’approche artistique est devenue, en cours de réalisation, une sorte de terrain d’expérimentation scientifique, biologique et géologique de l’image, éprouvette ou tube à essais pour matière vidéo, une expérimentation sur une vie et perte de l’image.

La photographie est support et mémoire figée, abordée comme une matière organique, traitée comme une peau, contrainte par la glace, mémoire vivante, matière incontrôlable, espace de mouvement imperceptible.

Mise en danger, fragilisée, la photographie est gelée dans la glace, détruite mais hyperconservée, elle devient matière première de sa propre évolution et disparition en participant à la fonte de son support.


Des images analogiques et organiques, virtuelles de par leur support liquide gelé, se projettent des virtualités numériques et vidéographiques.

Ce travail sur le temps, où disparition d’images rime avec captation d’images, est une proposition pour trois portraits, mis en mouvements et mis en regards, synchronisation et désynchronisation des temps, des mouvements internes aux images et entre celles-ci.

Éric Mutel




Exposition réalisée avec le soutien de : Interactive Institute, Ice Hotel, Institut français de Stockholm,

Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains.


Artiste proposé par Alain Fleischer. 

Exposition présentée à l’Atelier de Maintenance, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2007.