logo
fr en
close post
4 août 2009

Eugene Richards, The blue room*

The Blue Room, le premier travail en couleurs de Eugene Richards, est un regard émouvant et éloquent sur les maisons abandonnées ou oubliées de l’Amérique rurale.

On trouve des maisons abandonnées, silencieuses et solitaires, dans des endroits isolés, là où, dit-on, les choses ne se sont pas passées comme prévu. Pour les gens de passage, ces structures détériorées par le temps peuvent revêtir un aspect effrayant, tels des endroits à éviter.

Mais il y a aussi ceux qui y sont inexorablement attirés. Pour Eugene Richards, il s’agit d’un patrimoine, témoin de vies passées ; des machines à remonter le temps.

Durant trois ans et demi, sur des milliers de kilomètres de petites routes américaines, Richards a établi une oeuvre photographique qui met en évidence la beauté de ces maisons et nous entraîne à imaginer les vies de leurs habitants d’alors. « En me déplaçant lentement d’une pièce effondrée à l’autre et en fouillant dans les restes oubliés, écrit-il, les vieilles maisons déclenchent des sentiments semblables à des souvenirs, qui vont et viennent au gré des morceaux de verre cassé, de la convergence des ombres et de la lumière, de la poussière qui s’élève des sols. »

The Blue Room est un voyage personnel, une manière de voir, une méditation sur la fragilité de la vie et de la nature transitoire du monde.


Texte extrait du livre de Eugene Richards, The Blue Room, Phaidon, 2008.


*La Chambre Bleue


Tirages réalisés par Laumont, New York.

Encadrements réalisés par Circad. Tirages réalisés par PICTO, Paris. 

En 1986 ses photographies sur le cancer de sa femme Dorothea sont présentées avec une grande émotion au Théâtre Antique d’Arles.


Exposition présentée à l’Atelier de Forges, Rencontres d’Arles 2009.