logo
fr en
close post
25 août 2007

Gay Block, Projets de portraits

Pendant plus de trois décennies, Gay Block a divisé la société en groupes dont elle pouvait ensuite faire le portrait à travers de pénétrantes photographies de ses membres. Quelques-uns de ces projets étaient des commandes. Elle commence au milieu des années 1970 avec des membres de la communauté juive de Houston, sa ville ; un projet pour un anniversaire important de sa synagogue. Dans les années 1980, elle exécute d’autres commandes dont les portraits, chez eux et au travail, d’employés d’une chaîne d’épiceries du Texas et des portraits d’artistes. Elle a réalisé deux livres, avec sa compagne, Malka Drucker. Rescuers : Portraits of Moral Courage in the Holocaust (1992) (Les sauveteurs : portraits du courage moral lors de l’Holocauste) pour lequel elles photographièrent et interrogèrent 105 sauveteurs de 10 pays et White Fire :

A Portrait of Women Spiritual Leaders in America (2003) (L’incendie blanc : Un portrait de femmes leaders spirituels aux États-Unis. L’exposition itinérante Rescuers a été montrée dans plus de 50 lieux, aux États-Unis et à l’étranger. En 1981, Block a photographié des filles au camp de vacances Camp Pincliffe. Récemment elle a commencé à les rechercher afin de voir ce qu’elles étaient devenues, 25 ans plus tard. Au début des années 1980, elle a également photographié des retraités juifs à South Miami Beach, et plus récemment, des lesbiennes à Santa Fe, Nouveau-Mexique. Enfin, elle a photographié sa mère, Bertha Alyce, de 1973 à sa mort en 1991.

Block commença à travailler en noir et blanc puis, dans les années 1980, passa principalement à la couleur. Très souvent en plus des photographies, elle réalise des enregistrements vidéo, qu’elle a réunis en 4 montages documentaires. Son projet le plus complet est le travail souvenir sur sa mère, en trois parties, une vidéo primée, une exposition itinérante de vidéos, des photographies et portraits, et un livre Bertha Alyce : Mother exPosed (Bertha Alyce : la mère surExposée). Elle y cherche un moyen de racheter sa difficile mère. Tout en travaillant sur ses séries, Block a toujours son appareil à portée de main et beaucoup de ses images les plus frappantes sont de simples portraits, qui vont de l’amie de 30 ans à la jeune fille, vue dans un parking, à qui elle a demandé si elle acceptait d’être prise en photo.


L’exposition s’appelle Portrait Projects (Projets de Portraits) mais son titre aurait pu être Close to Home (Près de chez moi). Car même quand Block photographie des sauveteurs ou des chefs spirituels, elle choisit des thèmes qui donnent corps à sa quête personnelle. Elle a toujours dit : «Mes portraits sont ma vérité, pas nécessairement LA vérité. » Photographier différentes communautés juives faisait partie du processus d’acceptation de son identité de femme juive politiquement libérale de la seconde moitié du xxe siècle. Un de ses premiers projets, où elle photographiait des personnes nues et habillées, touchait à son interrogation sur les valeurs associées au physique. Les photographies de Camp Pincliffe étaient liées à son propre séjour des décennies plus tôt et à celui de sa fille cette année-là. De nombreuses femmes de Out in Santa Fe (Sortir à Santa Fe) sont des amies ou des lesbiennes qui fréquentent la même discothèque qu’elle et sa compagne. Block est une femme sage, empathique, qui noue une relation avec ses modèles et ainsi les fait s’engager d’une manière qui nous implique.

Anne Wilkes Tucker



Artiste proposée par Anne Wilkes Tucker. 

Exposition présentée à l’Atelier de Maintenance, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2007.