logo
fr en
close post
23 août 2005

Geert Van Kesteren, Why Mister, Why? Irak 2003-2004

Une semaine après la fin officielle de la guerre en Irak, en avril 2003, le photojournaliste néerlandais Geert van Kesteren a pris le chemin de Bagdad pour le compte de l’UNICEF, Newsweek et Stern. Il a fini par y passer presque sept mois, dont sept semaines en tant que journaliste « incorporé », statut qu’il trouvait pour le moins douteux mais qui lui avait été imposé. Ayant déjà beaucoup voyagé en Irak et dans le monde arabe, il arrivait muni de son propre réseau de contacts ainsi que de connaissances approfondies de cette société si complexe.

Témoin à la fois de l’absurdité de la guerre et du choc des cultures, il raconte à travers les images et les textes du livre Why Mister, Why? (Éditions Artimo, 2004) comment l’occupation américaine de l’Irak a tourné à la catastrophe. Avec le soutien de Pax Christi et d’autres organismes, ses travaux ont également été publiés sur Internet. Actuellement Paradox, association à but non lucratif spécialiste de projets média, est en train de transformer le travail de van Kesteren en exposition itinérante, dont la première escale sera les Rencontres d’Arles.

«Why Mister, Why?» Tel est le cri lancé par les Irakiens devant les actes incompréhensibles des troupes américaines – et à leur tour par les militaires, pour se moquer du désespoir de leurs captifs. Ces mots, van Kesteren les a également vus sous forme de graffiti sur les toilettes d’une base américaine.

Why Mister, Why? parle du gouffre de plus en plus large entre Irakiens et forces d’occupation : les uns débarqués dans un pays totalement inconnu, les autres déçus dans leur espoir de liberté démocratique.

Mais l’exposition a une portée nettement plus vaste. En pointant la mésentente occasionnée par l’ignorance d’autres modèles culturels, ainsi que la tragédie du conflit durable entre l’Occident et le monde islamique, elle nous confronte aussi aux tensions internes de nos propres pays. 



Exposition réalisée avec la collaboration de Paradox, Edam (Pays-Bas).


Exposition présentée à l’Atelier de Mécanique, Rencontres d’Arles 2005.