logo
fr en
close post
11 août 2006

Gilles Leimdorfer, Que reste-t-il…?

« Il a suivi cette Nationale 7 et a réalisé un reportage que je trouve intéressant, c’est un travail couleur sur la lumière. Il a un bon sens du cadre et une grande liberté. Enfin un jeune photographe qui travaille sur la France, et en plus en couleur !»

Raymond Depardon



Que reste-t-il…?

J’en avais assez du béret-baguette et de Charles Trenet. Je voulais tordre le cou à la douce France et au J.T. de 13 heures. Je voulais refaire un voyage inachevé aux Etats-Unis, un an plus tôt.


Alors je suis parti sur les routes en suivant la Nationale 7 comme on suit la Route 66. Pas plus de 50km par jour pour étirer les distances et faire semblant d’aller loin. Je passais la plupart de mon temps dans les zones suburbaines. À Nevers, après une semaine de voyage, j’avais l’impression d’être au bout du monde, à Omaha dans le Nebraska.


Qu’étaient devenus nos mythes franchouillards? La route des vacances, nos congés payés, 32


l’accordéon des bals musette, les aventures du Tour et nos héros d’un jour… ?
J’ai réalisé ces images en 24×36 au 35 et 50mm. Je voulais un matériel réduit à sa plus simple expression pour ne plus parasiter mon regard. Je voulais de la discrétion, demeurer inaperçu. Malgré tout, j’ai souvent fait peur. Avec mon Leica autour du cou, on m’a pris pour un flic, un pédophile, un serial killer, rarement pour un photographe.


Gilles Leimdorfer



Exposition organisée avec la collaboration de l’agence Rapho et le soutien du laboratoire Dupon et HP.

Exposition présentée à l’Atelier des Forges, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2006.