logo
fr en
close post
20 juillet 2002

Jananne Al -Ani, Le territoire du dédoublement

De mère irlandaise et de père irakien, Jananne Al-Ani voit sa famille éclater après la guerre contre l’Iran. La mère entourée de ses quatre filles s’installe en Angleterre. Tout au long de son travail, Jananne ne cessera de s’interroger sur sa double appartenance et sur la fracture culturelle qui a engendré la sienne. Elle explora le corps féminin de la famille. 

Partie dans un premier temps sur les traces de la représentation de la femme arabe dans l’imaginaire européen, elle parcourt toute l’iconographie orientaliste en la transposant et en l’interrogeant. C’est ainsi que l’on pourra voir, non sans malice, l’adaptation des portraits de studio du Caire ou de Damas du XIXe siècle reproduits dans son studio anglais avec les filles de la famille. Dans sa série Sans titre (voiles), elle se joue des subterfuges du désir d’Orient, et y pose entourée de ses sœurs et de sa mère dans un dégradé subtil de dévoilement de jambes qui s’oppose aux voies qui recouvrent le visage de chacune. Dans un second temps c’est le visage qu’elles découvriront graduellement tout en couvrant le bas du corps. 

Dans une autre série, composée de deux images, elles posent un fois en habit traditionnel arabe et la seconde dans leurs vêtements occidentaux. Les deux images mises côte côte donnent l’impression d’un déguisement. 

Cet aspect ludique du travail de Jananne s’appuie sur une complicité qu’elle a élaborée avec les femmes de la famille. On dirait qu’elles se sont mises d’accord pour réécrire une partie de leur histoire douloureuse, dans une version unique qu’elles partageraient et qui permettrait à la famille de se recomposer comme un corps unique. 

Dans ses travaux, ce rituel s’organise autour de jeux ritualisés. Répétitions de pas de danses, de jeux de mains, de récits qui se chuchotent. Le corps fragmentée de chacune s’inscrit dans un mouvement de synchronisation pour l’avènement du corps familial.



Michket Krifa, mai 2002, Commissaire de l’exposition.



Exposition présentée au Musée Réattu, Rencontres d’Arles 2002.