logo
fr en
close post
16 août 2006

Janine Gordon / Cascades, exploits et s’éclater ??

Proposée par Marc-Olivier Wahler pour le Prix Découverte 2006.


Cascades, acrobaties et s’éclater?? examine les notions de prise de risque et de recherche de sensations dans divers groupes de subcultures. Du désir fou qui fait pratiquer le moshing à la fascination pseudo sexuelle des cascades à moto et au mode de vie rude des gangs de  « sniffeurs » de colle brésiliens, l’essence sous-jacente est, au sein de chaque subculture, le lien et l’expérience d’une vie en marge. La série de photographies Motorcycle Burner dépeint un sublime sens de la sérénité qui capte un moment de silence dans un dangereux et frénétique chaos. Quelques fois, la fumée dégagée par les pneus en feu réduit le champ de la photographie et l’action devient à peine visible. Roues arrières, burns, glissades… acrobaties en tout genre sur «  VTT », « Quads » ou motos,  Gordon a rencontré des fanatiques de ces sports et c’est seulement par la proximité qu’elle a pu pénétrer leur monde.

L’ approche est la même pour les photographies de la série des Chera Cola, sniffeurs brésiliens, puisqu’elle vivait en face de ce groupe d’enfants fugueurs des favelas et les nourrissait souvent quand ils avaient faim. Ces enfants violents, adoucis, étaient très amicaux et appelaient Gordon : « tia » (tante).

Dans la même idée de recherche de la poussée d’adrénaline, on trouve le slam ou moshing pratiqué lors des concerts. Les mouvements rituels, les danses expressives sont augmentés de poussées violentes, de sauts, et quelques fois, de coups de poing, de coups de pieds et de surf sur la foule. Le moshing peut être mortel et c’est l’une des danses les plus violentes et les dangereuses de la culture jeune. Que leurs modalités soient définies ou englobées dans la mode, les sports, l’attitude et la culture, ces activités sont très pratiquées et extrêmement populaires.

Les images de ces trois séries sont liées non seulement par l’intention de l’artiste de puiser l’art dans sa réalité personnelle mais aussi par une idéologie de la fuite. 

Jah Jah



Exposition présentée au Magasin Electrique, Rencontres d’Arles 2006.