logo
fr en
close post
21 juillet 2002

Jem Southam, La forme du temps

Depuis une vingtaines d’années, le photographe Jem Southam, qui vit et travaille à Exeter, dans le Devon, donne libre cours à sa prédilection pour la topographie côtière et rurale du Sud-Ouest de l’Angleterre, région où il existe une forte imbrication des strates géologiques avec l’histoire locale dans ses manifestations sociales, industrielles et mythologiques. Son travail est profondément marqué non seulement par des explorations sur le terrain et sa soif de la découverte, mais aussi par une curiosité intellectuelle dont les ramifications s’étendent à toute une gamme de disciplines.  Si sa réflexion demeure à tout moment ancrée dans un contexte régional, voire domestique, dans ce qui se passe près de chez lui, sa véritable quête porte ouvertement sur une imagerie métaphorique, un langage capable d’évoquer un espace illimité, de capturer des événements de portée aussi bien globale que personnelle, et de véhiculer les thèmes scientifiques, sociaux et esthétiques qui sous-tendent son travail. 

Commencé en octobre 1994 dans le Sud et le Sud-Ouest de l’Angleterre, son dernier projet de focalise sur une vingtaine de sites présentant  trois types de formations: éboulements de falaises, embouchures de fleuves, estuaires et étangs. Contrairement à son travail précédent, The Raft of Carrots (Le radeaux aux carottes, 1992), catalogue de rencontres fortuites, ce nouveau projet revêt un caractère plus programmatique, plus analytique, se ramifiant d’abord en séries puis en séquences photographiques fondes sur la collecte de données et la quantification de certains processus de changement. 

Malgré la tranquillité dont ces sites sont imprégnés, malgré leur gamme exquise de couleurs tamisées et l’absence d’indications susceptibles de les lier au présent, ce ne sont pas des paysages « hors du temps » faits pour nous rassurer. Chaque site se présente en perpétuel devenir: à travers sa relation de perturbations plus ou moins dramatiques, Southam nous dévoile ici une contrée instable, imprévisible et dont les transformations incessantes s’opèrent à un rythme variable. (…)


David Chandler, Commissaire de l’exposition, directeur de Photoworks, GB.

Extrait du texte de présentation de l’exposition.


 Avec le soutien du Arts Council, Angleterre. 

Exposition présentée à Chapelle Saint-Anne, Rencontres d’Arles 2002.