logo
fr en
close post
21 juillet 2009

JH Engström, Wells

«Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages mais à avoir de nouveaux yeux.»

Marcel Proust

 

Photographier ce qui m’entoure relève d’un désir et d’une nécessité. Peu importe avec qui je me trouve, où je suis, seuls importent les rencontres, les paysages et les détails de ma vie quotidienne.

Depuis ma rencontre avec Amanda en 2005, je l’ai sans cesse photographiée, elle, notre environnement et notre relation.

Parfois avec un appareil jetable, parfois à la chambre 4×5 sur trépied.

Il n’y a aucune hiérarchie, du moment que le résultat me parle.

La source de mon travail se trouve dans ma propre vie, ainsi que ma croyance en ce que mes yeux voient au jour le jour. C’est l’histoire d’un miracle, d’un amour, avec ses forces et ses faiblesses. Il est aussi question de transformations, et de l’époque que nous vivons. La vie continue.

Le travail présenté ici est tiré de ma nouvelle série Wells (Steidl, 2009), la troisième dans une trilogie que j’ai entreprise avec Trying to Dance (Journal, 2004) et Haunts (Steidl, 2006).

Avec Wells, j’ai approfondi mon usage de la photographie en tant que narration autobiographique.

 

JH Engström



Exposition « Ça me touche, Les invités de Nan Goldin » présentée à l’Atelier de Mécanique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2009.