logo
fr en
close post
7 août 2008

Joachim Schmid, Pictures from the street*

« La première photo que j’aie jamais eu envie de posséder : un de ses Photogenetic Drafts. Récupérateur d’images, compilateur thématique, il ne crée ni ne produit aucune image lui-même mais clichés trouvés, négatifs abandonnés, images collectées sur le Net prennent avec lui un statut qui me comble. »

Christian Lacroix



Les photographies de Pictures from the Street exercent une fascination immédiate sur le spectateur, aussi bien en tant qu’objets que documents humains. Pourtant, ces clichés n’ont pas de prétention artistique, pas plus que leurs auteurs ne comptaient les voir exposés. Depuis 1982, Joachim Schmid a trouvé et rassemblé plus de 900 photographies perdues ou jetées. Elles forment désormais une uvre conceptuelle tentaculaire qui redéfinit avec ironie les bases du genre reconnu de la « street photography ». Pictures from the Street est le projet auquel Joachim Schmid aura consacré le plus de temps jusqu’à présent. C’est sans doute sa production la plus radicale. Du point de vue conceptuel, Pictures from the Street regroupe l’intégralité des photos récupérées par Joachim Schmid depuis 1982 en respectant l’ordre chronologique de leur découverte. La série ne repose pas sur des critères esthétiques, mais propose plutôt un échantillon sociologique et impartial d’images perdues ou jetées par leurs propriétaires.

Presque toutes les photographies de rue de Joachim Schmid représentent des gens, et plus de la moitié d’entre elles ont été déchirées. Joachim Schmid a travaillé sur la violente énergie contenue dans ces petits fragments. Impossible de ne pas voir dans ces images froissées une tentative intime et désespérée d’évacuation du souvenir. Dans une société où les clichés servent à immortaliser le passé, la mémoire ne s’efface pas tant que la preuve photographique subsiste. Cette idée, évidente dans Pictures from the Street, souligne le rôle psychologique profondément ancré que joue la photographie comme élément attendu et quasiment incontournable des relations humaines modernes.


En intervenant dans la vie de ces images, Joachim Schmid révèle l’empreinte durable laissée par la photographie sur la ville et la vie contemporaine. En outre, Pictures from the Street retrace l’histoire de ses propres trajets urbains durant vingt-cinq ans. À chaque cliché correspond une étiquette avec la date et le lieu où il a été trouvé, balisant ainsi le trajet du photographe flâneur.


En ce sens, Joachim Schmid est l’artisan de Pictures from the Street. En intégrant à sa collection chaque nouveau cliché trouvé, il bouleverse les notions de style et d’expression personnels habituellement associées à l’art et à la photographie. La série fournit deux niveaux de lecture simultanés : un commentaire subtil sur notre obsession de la photographie et une collection d’images attrayantes visuellement.


Prise dans son ensemble, l’exposition Pictures from the Street est un véritable « Salon des Refusés », un anti-musée de rebuts, une exploration archéologique des rues d’aujourd’hui. En ramassant ce que les gens ont abandonné par terre, Joachim Schmid a élaboré une uvre d’art gigantesque, évocatrice, perturbante, hilarante, et très intime, troublante de simplicité et d’intensité. En renonçant à son rôle d’auteur photographe, Joachim Schmid a raconté l’histoire bien plus ambitieuse de la vie des clichés et de leur résurrection.

John S. Weber, écrivain et directeur du Frances Young Tang Teaching Museum and Art Gallery, Skidmore College, Saratoga Springs, New York.


*Images de la rue



Il est représenté par la galerie Alain Gutharc, Paris.

Exposition présentée à l’Atelier de Mécanique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2008.