logo
fr en
close post
6 août 2008

Joël Bartoloméo, Cahiers des rêves 2008

« Ses films de famille et son Cahier des rêves entre narration intime et actualité vite oubliée, je voulais qu’ils soient là pour montrer ce qu’il fait des images manipulées entre violence et confidence. »

Christian Lacroix

 

CAHIER DES RÊVES 2008

Joël Bartoloméo joue à l’anthropologue amateur en réalisant de courtes séquences prises sur le vif au plus près de sa vie familiale. Depuis 1997, il s’intéresse aux rapports de couple et à sa logique d’attraction-répulsion.

En 2000, il commence un travail sur l’actualité à travers des revues de presse en images qu’il met en perspective avec l’intimité de ses cahiers de rêves. Il s’intéresse aux images de l’actualité, aux rêves et de nouveau aux récits. Pour lui, ce sont des vidéos basées sur le langage, le témoignage, l’interprétation, la traduction. Quelquefois, l’absurdité peut y croiser une part de vérité. Quelquefois, une croyance interfère avec cette interprétation. En 2006, il se livre à une série d’autoportraits vidéo qui pourrait prendre la forme de clips musicaux, entrecoupés de témoignages, de citations ou de confidences.


L’exposition présentera notamment deux vidéos :

La Boîte Noire, 3 mn 05, 2004. Ce film s’appelle La Boîte Noire en hommage aux avions perdus en mer dont on n’a jamais pu reconstituer les circonstances du drame. Cette succession d’images de presse contient potentiellement une infinité de narrations possibles, on est dans les coulisses du cinéma, des images de fiction se mélangent aux images du réel, on est devant un état des lieux d’un univers improbable. La musique de Nick Cave accentue le côté nostalgique de ces apparitions.


The Revolver, 4 mn 32, 2006. Cela commence par un défilé de pages « Monde » de Libération, suivi par deux citations de philosophes sur l’injustice et la cruauté. Enfin, je raconte un souvenir intime qui pourrait être pris dans un fait divers.


Joël Bartoloméo



Il est représenté par la Galerie Alain Gutharc à Paris.

Tirages sur bâche réalisés par le laboratoire PICTO.

Exposition présentée à l’Atelier de Mécanique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2008.