logo
fr en
close post
16 août 2006

Josef Koudelka, Camargue

La Camargue appartient de longue date à ces géographies envoûtantes et mystérieuses qui ne cessent d’attirer artistes, peintres photographes et plasticiens, puisant dans ces paysages de confins des sources d’inspiration perpétuellement renouvelées.

Que Josef Koudelka, maître du format panoramique et virtuose du noir et blanc, ait à son tour souhaité fixer, dans des cadrages et compositions inédits, ces espaces sauvages bien qu’habités, semble presque aller de soi. En Camargue, l’horizontalité est une architecture : elle ordonne et régit les manières de voir et de percevoir au point qu’il semble vain de tenter d’échapper à sa tutelle. La vision de Koudelka déploie en l’exacerbant cette expérience singulière.

En outre, comme dans ses travaux les plus célèbres (Gitans, Exils, Chaos), une dimension qu’on a pu qualifier de métaphysique s’installe ici de manière entêtante : lagunes, marais salants, sentes et sables mêlent leurs essences, leurs textures sans qu’il soit possible de démêler le minéral du végétal, les nuages des eaux, la terre du ciel. Pour qui croit connaître ou reconnaître la Camargue les photographies de Josef Koudelka sont une invitation à en percevoir ce que la photographie exprime rarement : l’espace d’un silence.



Cette exposition a été réalisée par Josef Koudelka, dans le cadre de la mission photographique, produite par le Conservatoire du littoral et par la Station Biologique de la Tour du Valat, pilotée par à travers le Paysage avec la collaboration de Magnum Photos. Elle reçoit le soutien du Mécénat de Gaz de France partenaire de la collection Figures du littoral.


Exposition présentée au cloître Saint-Trophime, Rencontres d’Arles 2006.