logo
fr en
close post
19 juin 2010

Leandro Berra à l’Atelier des Forges

En dehors du détournement des techniques policières, Leandro Berra s’essaye dans cette œuvre à reconstruire les mécanismes qui font passer de la mémoire à l’immémorial (dans le sens que Lanzmann donne à ce mot), c’est-à-dire à la tentative d’abolir la distance entre le passé et le présent, entre la présence et l’absence, mais aussi  à une forme de mémoire enracinée hors du temps et dans le plus profond de l’humain.

C’est comme si Leandro Berra disait: «J’ai ici les présences que je peux offrir pour témoigner de cette absence que je poursuis. Ceci est mon échec réussi. Ma façon de courtiser (non d’attraper) la vie qui s’enfuit. Celles-ci sont les ombres d’un corps que je ne peux atteindre»…

Cet œuvre comprend : le portait-robot, réalisé par Leandro Berra, d’un ami disparu pendant la dictature militaire en Argentine ; la photo de Leandro Berra  provenant du récépissé de la préfecture à son arrivée en France, accompagnée d’un graphique de son profil génétique pour un total de 15 marqueurs du Short Tandem Repeats (STR) et un marqueur de sexe ; la reproduction photographique de sa photo d’identité utilisée sur sa dernière carte de séjour en France en 2001, accompagné d’un graphique de son profil génétique pour un total de 13 marqueurs inclus dans l’ensemble établi par le FBI dans le système CODIS (Combined DNA Indexing System).


Exposition présentée à l’Atelier des Forges, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2010.