logo
fr en
close post
3 août 2009

Lisa Ross, Unrevealed*

Utiliser un procédé visuel pour enregistrer quelque chose d’aussi intangible que la foi, aussi subjectif que la spiritualité, peut sembler paradoxal ; pourtant il s’agit d’un défi qui m’a permis d’explorer les frontières entre les genres. En me focalisant avant tout sur les sites eux-mêmes – leur structure délicate, les matériaux éphémères, le lien organique avec le paysage désertique –, mon intention était de révéler les éléments de la transcendance et de la dévotion. Je m’intéresse surtout aux images qui dépassent leur rôle documentaire ; ma décision de ne pas inclure des personnages dans ces paysages religieux est partie d’une lecture photo-journalistique, en créant par là même une expérience intime entre le spectateur et l’objet. De par leur nature physique, les images répondent à une tradition du land art et des earthworks. Cette oeuvre, créée sur les sites sacrés du nord-ouest de la Chine dans la région autonome ouïghoure du Xinjiang, a une résonance directe avec l’Histoire et ce lieu. Les Ouïghours sont une «minorité ethnique » musulmane turque. Se rendre sur les tombes des saints est une pratique historique très importante de l’expérience spirituelle des Ouïghours, profondément influencée par le mysticisme soufi.

Lisa Ross

*Caché


Lisa Ross est représentée par la galerie Daneyal Mahmood à New York.

Tirages réalisés par l’artiste. Encadrements réalisés par Parthenon Framing, New York.


Exposition « Ça me touche, Les invités de Nan Goldin » présentée à l’Atelier de Mécanique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2009.