logo
fr en
close post
19 juillet 2009

Lucien Clergue, Sacre d’Éros et Thanatos / Travaux récents

Parodiant Picasso, je dirais « la Photographie est plus forte que moi, elle me fait faire ce qu’elle veut ». Car, dans ce travail de surimpressions effectué dans l’appareil photographique classique (mode argentique), je photographie en couleurs (cela n’aurait guère de sens en noir et blanc), d’abord la corrida ou un modèle de nu, je réenroule précautionneu – sement le film avec les repères nécessaires puis, plus tard, vais dans un musée au hasard de mes voyages et recommence. Le résultat n’est pas dû au bricolage informatique, mais je joue cartes sur table, tout est visible, et même « cet invisible qui a commis la folle imprudence d’apparaître » (Jean Cocteau), mais les ruptures de champs colorés, lumière du jour pour corridas ou nus et lumière artificielle pour les musées, créent de nouvelles couleurs qui s’éloignent de l’original.

Pour la tauromachie, l’idée de départ était les ex-voto déposés dans les églises par les toreros épargnés par la corne meurtrière du taureau où le Christ jette son linge à la tête du taureau pour détourner son attention de l’homme qu’il voulait encorner. D’autres y verront aussi la superposition du culte mithraïque à celui de la chrétienté Quant aux nus, c’est plus complexe, le monument que représente le retable d’Issenheim de Grünewald au musée de Colmar m’a toujours beaucoup influencé et je veux bâtir une suite de variations, Les Tentations de saint Antoine, puis les chemins de traverse surgissent et bien sûr cette femme nue devant le Christ nu lui aussi, serait-ce Madeleine, la sainte aux longs cheveux ? S’ajoute une foule d’énigmes dont chaque visiteur porte la solution.

Dans ce dernier cas, les modèles jouent un rôle prépondérant, un rien actrice qui me convient très bien, et j’aime les associer en triptyques, pour créer une autre dramaturgie. C’est en tout cas la célébration de l’ar gen tique classique, ce n’est pas à 75 ans que je vais changer de technique ! Et croyez-moi il y a encore beaucoup à faire !

Lucien Clergue


Exposition présentée à l’Abbaye de Montmajour, Rencontres d’Arles 2009.