logo
fr en
close post
28 août 2009

Marina Berio, Rencontres d’Arles 2009

Je redessine des négatifs photographiques au fusain sur papier. Des routes, des tunnels, la campagne, vus d’une voiture évoquent le voyage et le passage, mais les tonalités inversées font obstacle à une lecture simple. Le soleil, les sources de lumière, les feux d’artifice conservent leur analogie avec la croissance, l’illumination et la célébration, mais suggèrent simultanément le feu et la destruction. Les négatifs sont des instants intermédiaires d’une image potentielle, plutôt que des déclarations iconographiques. Dans cette démarche, ce qui est absent est aussi important que ce qui est présent ; ce qui est noir est aussi important que ce qui est blanc. Le noir et l’ombre passent au premier plan, les accents deviennent des absences. Je vois le négatif photographique comme un prétexte neutre et poétique pour évoquer la perte et le doute. Mes préoccupations de longue date avec la texture, les couches et l’aspect physique de la photographie m’ont amenée à réaliser des dessins où l’imagerie photographique – habituellement perçue comme purement optique, éthérée, presque virtuelle – prend corps. Le fusain, une substance poussiéreuse et brûlée, rappelle les molécules d’argent transformées par la chimie qui composent l’image photographique. Réaliser ces dessins me permet de toucher la lumière avec laquelle je travaille depuis si longtemps, de m’en imprégner.

Les ampoules électriques et les lampes sont des sujets simples, voire des clichés dans un décor d’atelier d’artiste, mais les négatifs dessinés évoquent le côté sombre de la création : l’isolement, les nuits blanches, le temps perdu à s’épuiser, les peurs et les ambivalences. Ces dessins me servent aussi à maintenir un engagement actif vis-à-vis du travail de mes amis.


Marina Berio



Marina Berio est représentée par Michael Steinberg Fine Art, New York.

Collection de l’artiste et de la galerie Michael Steinberg Fine Art ; collections privées de Nan Goldin, Denis Darzacq et Elizabeth Royer.


Exposition « Ça me touche, Les invités de Nan Goldin » présentée à l’Atelier de Mécanique, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2009.