logo
fr en
close post
23 août 2005

Mathieu Bernard-Reymond à Arles

Artiste proposé par Marta Gili pour le Prix No Limit 2005.



« Dans mes images, il est question de paysage, et de la manière dont nous tentons d’exister dans un monde en perpétuel changement. Nous voyageons vite, nous construisons vite, nous vivons vite… un lien étrange fait de vitesse et d’illusion nous relie au monde. Les personnages de mes photographies sont présentés comme des visiteurs, des figures temporaires, et non comme des habitants. En photographiant, j’essaie d’exposer le paradoxe de l’image qui ressemble aujourd’hui au paradoxe de notre propre existence : un perpétuel aller-retour entre l’imaginaire et le réel, une tentative à la fois indispensable et perdue d’avance pour savoir où nous sommes. »



Intervalles : 2000-2005

Images produites à partir de prises de vues multiples du même lieu. Le procédé employé clone les personnages transitant par ces espaces. Ils se retrouvent ainsi juxtaposés avec eux mêmes selon leurs déplacements successifs. Ce ne sont plus que des passagers interchangeables, des éléments ambigus d’un décor dont la nature est ainsi étrangement déplacée.



TV : 2004-2005

On s’intéresse ici à l’intrusion de la télévision dans des espaces à demi familiers de photographies de nuit. La télévision apparaît tantôt sous la forme « d’écrans-fenêtres » de gratte-ciels imposants, tantôts éléments sortis de leurs contexte et déplacés dans des espaces communs et banals de quartiers d’habitation.



Exposition présentée à l’Atelier de Chaudronnerie, Rencontres d’Arles 2005.