logo
fr en
close post
22 août 2005

Miguel Rio Branco, Gritos Surdos (Cris sourds)

Figure de proue de la photographie contemporaine au Brésil, artiste aux multiples talents, Miguel Rio Branco a fait des études de cinéma. Il peint, photographie et réalise des installations (son travail photographique en rapport avec la peinture sera exposé à l’automne 2005 à la Maison Européenne de la Photographie).

Son œuvre déborde de sensualité et d’exubérance par sa palette de couleur, sa lumière et son drame sous-jacent.

Cris sourds, étouffés, étoffés…


« L’origine de cette exposition/installation date de l’invitation de Tereza Siza, directrice du Centro Português de Fotografia à Porto en 2001.


La nature du lieu joue un rôle important dans mes installations. Quand Tereza m’a proposé de créer une installation autour du « Pouvoir » dans l’ancienne salle du tribunal de justice, cette expérience s’est présentée alors comme un défi intrigant. Ma démarche s’évertuait à dissocier la notion de pouvoir à l’idée d’oppression, d’injustice, de souffrance et de mort, dans un lieu lié à la justice. La version présentée alors, était essentiellement audiovisuelle.

Cette année, l’idée d’exposer mon travail dans un lieu d’élévation spirituelle face à des volumes imposants m’a profondément séduit. L’église des Frères Prêcheurs est un lieu unique qui autorise des détournements étonnants, classé Monument Historique, il est riche en témoignages archéologiques et événements historiques.

Mon exposition s’articule autour de diverses installations visuelles, il regroupe des montages d’images, des créations sonores, des vidéos et un retour à mes origines, la peinture.

Malgré l’envie et le besoin récents de créer récemment des œuvres moins sombres, mon regard sur l’humanité et le monde contemporain, n’est en aucun cas, optimiste. »


Miguel Rio Branco



Exposition réalisée avec le soutien de l’Association Française d’Action Artistique. Il est correspondant de Magnum Photos au Brésil.

Exposition présentée à l’église des Frères-Prêcheurs, Rencontres d’Arles 2005.