logo
fr en
close post
21 août 2012

Mireille Loup, 53.77 (Anaglyph)

Mireille Loup est photographe, vidéaste et écrivain. Depuis le début des années 1990, elle orchestre ces différents médiums et pratique le photomontage et le dessin numérique. Elle élabore ses fictions en dispositifs visuels et sonores, scénarise ses récits interactifs pour Internet ou sur les écrans de l’iPad. L’art de Loup sert des formes discursives et esthétiques entrelacées, à plusieurs voix.

53.77 est une oeuvre anaglyphe. Le port de lunettes spécifiques permet une lecture en réalité virtuelle, où les différents plans de l’image se détachent et suivent l’oeil du spectateur. Ici, Loup restitue six prises de vues assemblées en une seule image anaglyphe.

Sans lunettes, hors tridimensionnalité, la contribution remarquable à ses recherches anaglyphes propose une esthétique du flou singulière. Elle renvoie à l’univers de ses oeuvres Mem (2009) et Les Autres (2011), où se côtoyaient images mortuaires et lumières spectrales.

Dans 53.77, la vision proposée permet d’accéder à une évolution fantomatique. Une jeune fille et un enfant se croisent parfois dans un même espace. L’absence est soutenue par ces lieux dénudés. Quelques indices sont donnés : mouvements arrêtés et apesanteur suggèrent un lien avec le surnaturel, et des dates énigmatiques – 1953, 1977 – un jeu de croisements de temporalités. Les personnages gris et flous s’incarnent grâce au jeu de l’interaction du spectateur. Dans les dernières photographies, les protagonistes le regardent peu à peu. Observé autant qu’il épie, il s’incarne à leurs yeux comme il leur a donné l’occasion d’une existence chaque fois qu’il aura exploré leur réalité virtuelle.

Cécile Camart




Exposition présentée à la Grande Halle, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2012.