logo
fr en
close post
4 juillet 2009

Naoya Hatakeyama, Scales. Maquettes/Light : tautology of the image*

Nous appelons « réalité » ce qui résiste à notre processus cognitif. Nous tentons toujours de saisir le monde comme un tout. Mais la résistance de la « réalité » est tellement forte que nous la controns en divisant le monde en petites parties, dont nous nous servons pour tenter de comprendre le tout ; cependant, le problème est que notre temps n’est pas infini. Nous avons donc inventé les plans, les modèles, les signes et les métaphores. Selon Claude Lévi-Strauss, « la connaissance du tout précède celle des parties » dans les modèles réduits et comme ce processus cognitif se retrouve dans la peinture et la sculpture, il ajoute que la grande majorité des oeuvres d’art sont des modèles réduits. Nous devons reconnaître que les oeuvres d’art contiennent une « économie cognitive » que nous recherchons désespérément dans notre vie. Sur ce point, cependant, la photographie n’est pas aussi « économique » que les autres formes d’art. Le fait de « résister à la réalité » a pour tendance de jeter une ombre sur les photographies, pour ne faire apparaître le monde que sous la forme d’une de ses parties. Mais c’est de là justement que provient la beauté de la photographie, une beauté que les autres formes d’art ne peuvent atteindre. En fait, la photographie comprend non pas une véritable « connaissance du tout » mais plutôt une «aspiration à la connaissance du tout», identique à la progression pesante de notre vie quotidienne.


Naoya Hatakeyama, janvier 2009.

*Échelles. Maquettes / Lumière : tautologie de l’image

Naoya Hatakeyama est représenté par la galerie Taka Ishii de Tokyo, au Japon.

Avec la collaboration du Centre Canadien d’Architecture, Montréal, pour la série Échelles, et de la galerie Taka Ishii, Tokyo, pour la série Maquette/Lumières.

Avec le concours de la Fondation du Japon et de la Délégation générale du Gouvernement du Québec, Action culturelle, Paris.

 

Exposition présentée au Cloître Saint-Trophime, Rencontres d’Arles 2009.