logo
fr en
close post
26 août 2009

Oan Kim sur un texte de Laurent Gaudé

JE SUIS LE CHIEN PITIÉ

Cette série procède d’une rencontre et des affinités sélectives et secrètes que chaque créateur entretient avec un mode d’expression qui lui est radicalement autre. Le photographe Oan Kim et l’écrivain Laurent Gaudé ont imaginé un récit grave où la confrontation des photographies et du texte donne lieu à une lecture et à une vision qui ne procédent pas seulement de leurs ressorts propres mais qui ouvrent l’hypothèse d’un imaginaire ambivalent. Dans une ville dévastée où l’ordre et la lumière semblent s’abolir, des êtres fantomatiques vaquent à d’incertaines activités dans des décors de fin d’un monde. Un homme – peut-être un survivant encore doué de raison – parcourt solitairement des rues en friche, des espaces urbains dépeuplés et comme souillés, s’interrogeant sur la disparition et l’abandon apparents de tout et de tous. Cette errance hallucinée va pourtant révéler petit à petit au marcheur des « formes » cachées, enfouies, presque invisibles à l’oeil pressé, qui s’avéreront être les présences et stigmates singuliers et tragiques d’une population oubliée. Laissant libre cours à sa douleur et à sa révolte, l’homme – mais s’agit-il encore d’un homme ? – s’adresse alors à Dieu pour lui signifier violemment le constat de son incommensurable absence. La cité d’Oan Kim, qu’éclairent des soleils monochromes et que maculent des ombres d’encre, semble inconnue de nous. La pluie, l’urine, le déchet, le graffiti deviennent, sous son objectif, les acteurs d’une scène souterraine qui nous corrodent et nous détruisent à notre total insu.

 
B.R.


Exposition organisée par Le Méjan. 

Exposition présentée au Capitole, Rencontres d’Arles 2009.