logo
fr en
close post
20 août 2009

On n’a pas tous les jours vingt ans, Rencontres d’Arles 2009

Il ne s’agit ni de nostalgie, ni de regrets, ni de polémique, ni de jugements. Pas même d’une histoire, qui fut importante et qui reste à écrire. En rassemblant nos souvenirs, en faisant appel à ceux des autres, en fouillant dans des archives, en sollicitant la mémoire des acteurs comme des observateurs, nous avons voulu simplement rappeler – et nous rappeler – ce qui reste le premier et le plus important des rendez-vous photographiques internationaux. Un rendez-vous passionné des débuts de l’été, inventé il y a quarante ans par Lucien Clergue et une poignée de photographes et d’amoureux de l’image fixe qui voulaient en finir avec les conventions et les diktats des photo-clubs et qui ont su attirer à Arles les plus grands, au faîte de leur gloire ou encore débutants. Qui dit festival dit découvertes et, quand il s’intitule «Rencontres», le pari est évidemment des plus risqués. Encore plus quand, inventé à une époque où la photographie n’était pas encore vraiment reconnue, traversé de querelles de personnes, fragilisé par la faiblesse de ses moyens, chahuté par un public facétieux et exigeant au rythme de colères homériques et de déclarations à l’emporte-pièce, Arles choisit de rester un festival généraliste. Les formules ont changé, les directeurs, les commissaires, les directeurs artistiques se sont succédés et, depuis quarante ans, le rendez-vous conserve son attraction, son importance, même s’il a fallu, parfois, faire le pari que l’année suivante serait meilleure ou moins pire Des photographies, bien entendu, mais des photographies souvenirs, des documents, des projections, du son, des séquences filmées, tout un appareillage pour aider à retrouver la mémoire ou à faire découvrir, des débuts épiques à l’amplitude actuelle. Pour dire qu’Arles a été essentiel, que nous nous sommes beaucoup amusés, que nous y avons appris et que nous y avons eu du plaisir. Notre façon, libre et joyeuse, de dire que nous avons envie que ça dure.




Commissaires associés de l’exposition : Christian Caujolle, Jean-Jacques Naudet, Catherine Philippot

et Françoise Riss.

Production graphique : Dominique Reynette.

Impressions : Philippe Chapuis / Graphistes Associés.

Avec le soutien d’Epson, de l’Ina et de La Provence.

Réalisation : Valérie Feidherbe, François Girard et Olivier Koechlin.

Production executive : Le Tambour Qui Parle.


On n’a pas tous les jours vingt ans


Exposition présentée à l’Atelier de Maintenance, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2009.