logo
fr en
close post
4 août 2009

Paulo Nozolino, Rencontres d’Arles 2009

BONE LONELY

Un homme, debout au milieu d’un paysage détruit, ressent une solitude invraisemblable, une solitude jusqu’aux os.

Il fait des images sourdes au cours de promenades aveugles. Il pense à la perte qui a lieu lors de tout conflit, au sentiment que tous les systèmes finissent par échouer et à la certitude que rien n’est éternel. Il se demande quelle lumière peut briller dans la solitude, quel bruit peut produire un corps en mouvement, avec quoi remplir l’absence.

Il n’a aucune réponse.

Il voit la panique, silencieuse, il entend des rapports sur des gens, il sent l’odeur de la moisissure, il ressent le vieillissement de la chair et le goût de la salive sèche dans sa bouche.

Il semble n’y avoir aucune issue. Un mot martèle à l’intérieur de sa tête : résiste, résiste seul jusqu’aux os.

Paulo Nozolino



FAR CRY

Paulo Nozolino ne photographie qu’en noir et blanc, plongeant ses images dans d’impossibles ténèbres qui semblent imperméables à la lumière. Les prises de vues ont été réalisées tout autour de la planète, notamment dans les pays du monde arabe, mais dans la plupart des cas il serait difficile de leur attribuer un lieu spécifique. Les photographies d’Auschwitz constituent l’exception. Auschwitz est le repère spatio-temporel absolu, qui donne une position à tout le reste. En trente ans de carrière photographique, Nozolino a sans cesse intensifié son regard tragique par des images dont l’origine se trouve dans sa propre histoire ; des images d’hommes, de femmes et d’enfants ; des images de naissance, d’amour et de mort.

Cette exposition rassemble des photographies issues de différents projets et périodes de Nozolino, pour créer une nouvelle narration, une histoire jamais racontée jusqu’alors : celle du commencement et de la fin, et en même temps, celle de l’oeuvre de sa vie.

 

Paulo Nozolino est représenté par la Galerie Quadrado Azul, à Lisbonne.

Musique originale : Dominique Besson

Réalisation : Valéry Faidherbe et Olivier Koechlin

Production exécutive : Le Tambour Qui Parle


Exposition présentée à l’Atelier de Forges, Rencontres d’Arles 2009.