logo
fr en
close post
24 août 2005

Pentti Sammallahti, Rencontres d’Arles 2005

« Pentti Sammallahti est un homme du nord. Il ne supporte ni le soleil ni la chaleur mais il est en connivence parfaite avec une nature dont il est le prédateur fasciné et dont il sublime l’austérité »

Robert Delpire



Ce Finlandais, né à Helsinki en 1950, se passionne dès l’âge de 13 ans pour toutes les techniques de la photographie, de la prise de vue au tirage. En 1974, il commence à enseigner la photographie à l’Ecole supérieure des arts et du design d’Helsinki dont il est aujourd’hui docteur honoraire. A la manière d’un Koudelka dont il admire la rigueur plastique, il parcourt les espaces et les territoires au cours de longues pérégrinations dictées par la seule quête d’une lumière particulière ou d’un horizon insoupçonné. Privilégiant le noir et blanc dont il aime contrôler les contrastes et les tonalités, il parvient à substantiver l’hiver qui, sous son regard, semble plus matière que saison. Non dénuée d’humour, la photographie de Pentti Sammallahti est aussi empreinte d’une mélancolie grave que sous-tend la dimension contemplative. Le format panoramique dont il est un des maîtres incontestés confère à son univers visuel, peuplé d’animaux méditatifs ou affairés et de personnages intemporels, une dimension poétique singulière.

L’écrivain Gérard Macé, auteur de la préface de l’ouvrage, rapporte cette citation de Pentti Sammallahti : « Me trouvant sur une petite île rocheuse, il m’est  tout à coup apparu que la terre n’était pas ronde, et j’ai décidé de ne pas bouger. J’ai soudain saisi ce que me disaient la pierre à côté de moi, le bateau sur le rivage, le nuage qui naviguait dans le ciel et l’écriture en points saillants des oiseaux migrateurs… J’ai alors compris qu’on ne prenait pas les photographies, mais qu’on les recevait. »

Gérard Macé



Exposition présentée à la chapelle Saint-Martin du Méjan, Rencontres d’Arles 2005.