logo
fr en
close post
7 août 2007

Performance des Gao Brothers à Arles

Quatre artistes performers invités aux Rencontres d’Arles

Il est difficile de parler d’art contemporain expérimental en Chine sans s’attarder sur l’art de la performance qui marque de son empreinte l’ensemble de la création depuis près de 30 ans, d’une façon qui ne trouve pas d’équivalent, hormis peut-être dans certains pays d’Europe de l’Est et au Japon. De nombreux plasticiens connus pour leur peinture, leur photographie ou leurs installations utilisent également le corps en action, une forme d’art qui reste pourtant marginalisée sur la scène culturelle. Il y a des performances qui mettent l’accent sur l’endurance du corps ou sur l’instant éphémère du geste sans s’attarder sur l’esthétique du mouvement, d’autres qui s’élaborent en correspondance avec un public ou avec un environnement, d’autres encore qui ont pour finalité de former un archivage photographique. Presque toutes s’inscrivent dans un contexte d’attitude dans lequel le corps, médium direct, est à la fois l’outil et l’expression d’artistes engagés dans leur époque, qui ont été souvent réprimés au cours de leur action. Dans les années 1990, à l’époque où une aura sulfureuse entourait l’art de la performance, de jeunes photographes qui s’essayaient à consigner ces actions taboues, ont engendré tout un courant photographique en Chine.



Gao Brothers / World Hug Day


Les frères Gao ont organisé depuis 2000 des performances collectives dont la première s’intitulait The Utopia of Hugging For Twenty Minutes et qui consistent pour les volontaires, nus ou habillés, à prendre dans leurs bras un étranger. Les frères Gao ont, au cours de ces performances, pris d’intéressantes photographies qu’ils ont décidé de montrer afin de « populariser » cette initiative. Des photos seront présentées cet été à Arles, trois performances réalisées pendant la semaine d’ouverture entre le 3 et le 8 juillet.




Performance aux Rencontres d’Arles 2007.