logo
fr en
close post
7 août 2008

Pierre Gonnord, Sous la peau

« Murillo, Caravage, Vélasquez sont d’emblée évoqués mais ce sont bel et bien des témoins d’aujourd’hui, de Madrid ou d’ailleurs, qui nous regardent. »

Christian Lacroix



Le visage, placé de façon absolue et déterminante entre présence et absence, entre ressemblance et écart, nous pousse toujours à une méditation complexe sur l’être, sur le « soi-même » et sur « l’autre ». C’est précisément là, sur ces limites critiques et sur ce défi de découvrir la ressemblance décharnée, que se situent les portraits de Pierre Gonnord, des uvres qui connaissent bien cette généalogie du genre et qui relèvent le défi d’aborder la signification profonde qu’un visage peut contenir en tant qu’expression de l’individu.

[…] Les personnages enregistrés par Gonnord dans ses photos ont toujours eu entre eux une sorte de relation ou d’affinité : la jeunesse, les modes de vie ou les tendances, leurs occupations et, maintenant, une certaine façon de vivre, en marge de l’ordre établi. Mais dans son cas, et à la différence du processus habituel, il ne procède pas à la construction de l’image d’un groupe, il ne cherche pas à affirmer une somme d’individualités comme identité collective. Il extrait l’individu du communautaire ou du collectif, il livre à chaque sujet la représentation de soi. […] S’il y a un élément essentiel dans le travail de Pierre Gonnord, c’est le regard. Non pas le regard articulé à travers les yeux, mais configuré dans la totalité du visage. […] C’est ce visage, converti en regard, qui surgit de manière autonome du fond neutre pour nous affecter et nous raconter son histoire. C’est lui qui aspire à obtenir l’émancipation du corps capable de mettre en lumière ce qu’il y a sous la peau.

Alberto Martin, extraits du texte du livre «Témoins » publié pour l’exposition « Pierre Gonnord » au Centro de Fotografía/ Universidad de Salamanca, Espagne, février-avril 2008.



Il est représenté par la galerie Juana de Aizpuru de Madrid. Collections : Galerie Juana de Aizpuru, Madrid ; Galerie Olivia Arauna, Madrid ; le MUSAC, León.


Exposition présentée à l’Atelier de Forges, Parc des Ateliers, Rencontres d’Arles 2008.