logo
fr en
close post
31 août 2007

La Patagonie de Walter Roil

Né le 24 janvier 1904 à Fribourg en Allemagne, Walter Roil se rêvait musicien ; il deviendra photographe en 1920 à son entrée en apprentissage auprès de Hartman. Il obtient en 1926 un contrat pour travailler sur la province du Chabut en Argentine mais rapidement le vent, le paysage désolé et la solitude le poussent à rentrer en Allemagne. Toutefois la situation économique de son pays le contraint à retourner en Argentine et, le 17 novembre 1934, il ouvre son studio à Río Gallegos, la capitale de la province de Santa Cruz.


Photographe portraitiste, il documente aussi la vie quotidienne de la ville dans toute sa rigueur : le territoire aride livré aux moutons et aux gauchos, le port où relâchent les navires marchands, les goélettes et même les barques qui luttent contre la progression des icebergs.

Son oeuvre raconte 30 ans de l’histoire de ce territoire du bout du monde où l’horizon se noie dans le ciel, où la glace et la neige se mêlent au sable, où les aviateurs sont des héros, où l’hôtel de Londres accueille à Ushuaia les curieux et les intrépides.

Pour apprécier l’écriture de Walter Roil, il convient d’appréhender la difficulté de photographier alors que la lumière change au rythme du vent violent qui propulse les nuages tandis que le soleil éclatant écrase toute forme de relief.

Le photographe compose patiemment une ode à cet espace infini où l’homme se fait rare, le temps suspendu et les petits riens de la vie demeurent l’essentiel.


Outre ses propres images, réalisées sur plaques de verre, Walter Roil a aussi récupéré et sauvé quelques archives consacrées aux abori­gènes ou à l’épopée de l’aéropostale, que les touristes contem­porains peuvent acquérir pour quelques pesos. Cette oeuvre émouvante et sincère, patiemment sauvegardée par la famille Roil, est un hommage à cette Patagonie qui, pour Cendrars, « console son immense tristesse ».



Agnès de Gouvion Saint-Cyr, commissaire de l’exposition



Exposition présentée à l’Abbaye de Montmajour, Rencontres d’Arles 2007.